« Je vous donne ma paix » (Jean 14,27)

Depuis le chapitre 13, de saint Jean et jusqu’au chapitre 17, nous sommes entrés dans la dernière partie de la vie de Jésus, celle qui le conduit à la passion et à la mort du Golgotha. Et ces chapitres rassemblent les informations et instructions que Jésus laisse à ses disciples, une sorte de Testament.

Les disciples sont évidemment troublés (cf. 14,1.27), interrogatifs (13,24-25 ; 14,5.22), et Jésus tente de les rassurer : « je vous donne ma paix » (v. 27). Il n’y parviendra pas vraiment, et beaucoup s’enfuiront pour se tenir loin de la croix du supplice. En fait, ils ont du mal à accueillir cette paix que Jésus veut leur donner, et qui n’a rien d’une quelconque tranquillité comme celle que propose le monde (cf. « je ne vous la donne pas comme le monde la donne » ): elle suppose un dépassement au prix de la croix.

Il s’agit donc d’une paix qui non seulement passe par l’épreuve, mais éventuellement coexiste avec elle. C’est la paix de Jésus, celle qu’il donne (cf. 20,19) après sa résurrection, celle qui est corrélative de la passion (cf. « il leur montra ses mains et ses pieds » en 20,20), ce n’est pas celle que les disciples pourraient accueillir par leur force ou leurs vertus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.