Le miracle de Lourdes et du Rosaire

Le miracle de l'onctionRetour du pèlerinage du Rosaire à Lourdes : liturgies magnifiques, comme d’habitude, organisation au top, conférences de haut niveau, et il serait possible de multiplier les notations de ce genre, toutes vraies. Mais il y manquerait l’essentiel, le vrai miracle, l’accueil des « malades » (1) : ceux-ci sont certes bichonnés, chouchoutés, entourés par les membres de l’Hospitalité comme nulle part souvent ailleurs, mais plus encore, on les voit, ils sont au centre des célébrations, en particulier lors du sacrement de l’onction (photo ci-jointe), et ils représentent une vérité cachée de notre société. Comme me l’avait fait remarquer un frère dominicain, lors d’un de mes premiers « Rosaire », ils sont présents dans un pourcentage à peu près équivalent à leur présence dans nos villes et nos villages sauf que là, vivant dans des hôpitaux ou des institutions diverses, on ne les croise que rarement : même pas à la messe, souvent, où aucune place ne leur est faite. Et miracle supplémentaire, à Lourdes, ils sont prioritaires (enfin, normalement !) dans les circulations…

C’est cela d’abord le miracle de Lourdes qui en fait un lieu magnifique, internationalement connu et reconnu, où le Rosaire y représente une manifestation essentielle. Dans une société où l’on ne cesse de parler de droit à la différence et à la présence, on oublie souvent, très souvent, celle des « malades », ceux de Lourdes, mais tout autant ceux qui sont à côté de nous, à l’hôpital, surtout s’il est « psychiatrique », en EHPAD, dans des institutions spécialisées, dans les maisons de retraite etc. Ouvrons l’œil et le bon, et l’on trouvera beaucoup plus de personnes présentes à visiter que nous ne pourrons jamais le faire : ah ! au fait, la visite des malades, c’est une recommandation de Jésus lui-même (Mt 25,35-36.43), il paraît qu’on le rencontre en eux. Telle est justement l’expérience que font, très bien, l’Hospitalité du Rosaire, les pèlerins, accompagnateurs et soignants, à Lourdes.

P. S. A propos du « droit à la différence », comment ne pas apprécier la manière dont les parents d’enfants trisomiques la défendent, et défendent leurs enfants, avec l’excellente accroche des « chaussettes dépareillées » ? Voyez la vidéo, un peu ancienne mais si belle, que l’on trouve sur le site « Tombée du Nid », réalisé par Clotilde et Nicolas Noël en collaboration avec leurs sept enfants, dont Marie, la petite dernière porteuse de trisomie, et plus encore leur page Facebook. Ah ! bien sûr, les porteurs de trisomie sont présents au Rosaire, et l’on en voit un qui trône fièrement parmi les servants de messe.

 

(1) Bon, il paraît qu’on doit dire « pèlerins en accueils » parce que plusieurs d’entre eux ne sont pas « malades », mais « fatigués » ou « incapables de se déplacer seuls ». Sans doute, mais de mon point de vue, si l’on choisit de parler systématiquement de « pèlerins en accueils », on va perdre la spécificité de Lourdes et tout particulièrement celle du pèlerinage du Rosaire, qui est bien de s’adresser en priorité aux malades, que cette maladie soit physique ou spirituelle, temporaire ou durable. Les « capilliculteurs » ne remplaceront jamais les coiffeurs…

Une réponse à “Le miracle de Lourdes et du Rosaire”

  1. super la petite MARIE
    Merci à ses parents, ses frères et soeurs : elle embellit leur quotidien.
    Merci pour l’amour que vous lui donnez !
    Je prie pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.