Apparence

apparence icebergFrères et sœurs, vous l’avez entendu dans la première lecture, le rejeton qui sortira de la souche de Jessé bénéficiera d’un « esprit de discernement » qui lui permettra de « ne pas juger sur l’apparence ». Je reviendrai tout à l’heure sur l’identité de ce rejeton, mais d’emblée je vous avoue que je voudrais bien être comme lui, maîtriser le discernement, savoir dépasser les apparences.

En effet, si je ne le fais pas, alors… je serai :

  • Incapable de voir le loup habiter avec l’agneau, ou le léopard se coucher près du chevreau, autrement dit de reconnaître les éléments de paix dans notre monde comme y invite le prophète Isaïe. Je suis en effet tellement influencé par les médias qui ne me parlent que de la guerre, de ce qui se voit, que j’ai bien du mal à percevoir ce qui ne se voit pas !
  • Toujours incapable de m’unir d’une seule voix et d’un même cœur, comme m’y invite l’apôtre Paul, avec tel ou tel de mes voisins, pour rendre gloire ensemble à Dieu.
  • De même incapable de reconnaître la proximité du Royaume de Dieu, que m’annonce pourtant l’évangile de ce jour, et je risque de me demander sans cesse : il vient ou il ne vient pas ?
  • Et je serai plus encore incapable de retrouver dans Jean, l’exemple-type du SDF de l’époque, et dans d’autres personnages qui lui ressemblent, un disciple que Jésus aura envoyé en avant de lui pour annoncer sa venue…

En revanche, si je ne juge pas sur l’apparence, alors… je verrai :

  • Les nations, autrement dit les païens, en quête de la souche de Jessé, et donc dans l’attente de connaître Jésus, son descendant. Oui, je vais croiser et surtout reconnaître des gens qui cherchent le Messie, tels de nouveaux Mages.
  • Je verrai se fendiller, peut-être même s’écrouler en certains lieux, le mur de séparation qui existe entre Juifs et Païens, et que dénonce l’apôtre Paul. Je verrai sans doute, fussent-elles bien cachées, des semences de paix au Moyen-Orient et ailleurs.
  • Dans Jean-Baptiste, et ceux qui lui ressemblent, je verrai des annonciateurs de ce royaume de Dieu. Je pourrai les aider à trouver une meilleure place pour la nuit qu’une étable ou une pile de pont.
  • Je verrai surtout la nuit de Noël Jésus le fils de Dieu dans toutes les crèches et dans tous les endroits les plus incroyables et les plus reculés de notre monde…

En fait, je verrai le monde comme Jésus le voit. Car il est lui ce rejeton de Jessé doté d’un esprit de discernement et qui ne juge pas sur l’apparence. C’est lui qui voit dans de modestes pécheurs des apôtres capables de courir le monde pour lui annoncer la bonne nouvelle du salut. Lui qui accueille les boiteux et les estropiés qui se confient à lui dans la foi, qui les guérit et leur redonne une place dans la communauté des hommes. Lui aussi qui reconnaît dans la femme adultère bien plus et bien mieux qu’une femme de mauvaise vie. Toujours lui qui peut, d’une pierre, faire surgir des enfants à Abraham. Encore lui qui voit notre monde tel qu’il est vraiment et non pas tel qu’il nous semble.

Frères et sœurs, aujourd’hui, je suis loin d’avoir rejoint ce rejeton de la souche de Jessé. Ma vue reste bouchée. Je continue souvent de juger sur l’apparence. Je délaisse la profondeur cachée de la vérité, et l’efficacité de mon action dans le monde s’en trouve du coup réduite. Autrement dit, mon baptême n’a pas encore produit tout son fruit. Mais par l’intercession de Jean-Baptiste. Par la venue renouvelée en moi de l’Esprit de feu. Par la persévérance et le réconfort des Écritures. Toutes choses auxquelles je suis invité à m’attacher par les lectures de ce jour pendant cet Avent. Alors je garde l’espérance que le Seigneur accomplisse en moi tout ce qu’il a commencé. Et je souhaite qu’il en soit de même pour chacun de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.