Le tremblement des convictions appelle des saints !

M. Vigier, député d’Eure-et-Loir, a des convictions, du moins le pensait-on après son courrier de septembre 2017 (SVP, agrandir la page pour lire le texte) :

convictions Philippe Vigier septembre 2017

Las ! Deux ans plus tard, le même homme vote sans état d’âme la PMA pour toutes les femmes, et prononce à l’Assemblée, à l’occasion des débats sur la loi bioéthique,  des propos honteux qui reflètent des « convictions » diamétralement opposées : « Il faut traquer, oui je dis bien traquer, les embryons atteints d’anomalies chromosomiques ».

Bien sûr, l’honorable député s’est repris, il a publié une lettre d’excuses en évoquant des propos maladroits, des propos pourtant préparés, écrits et lus. Qui n’avaient rien à voir avec une discussion de café du commerce. Il a fait plus, il a expurgé la vidéo publiée sur sa page Facebook des propos en question, comme s’il ne le avait jamais prononcés !

Fragiles convictions ! D’une fragilité qui n’est pas propre à M. Vigier, ni même aux députés LREM, mais à tant de personnages publics, en France ou ailleurs. Certes, nous appartenons à un monde en profonde mutation, mais n’est-ce pas justement le moment où il faut avoir des convictions bien ancrées, en particulier au plan moral ? J’observe juste l’inverse ! Jusqu’au plus haut niveau des instances nationales, qu’elles soient politiques, économiques, et parfois même religieuses.

J’ai écrit tout récemment un article expliquant combien la fascination pour l’innovation technologique pouvait constituer un facteur déstabilisant, mais comment peut-on imaginer qu’elle suffise à remettre en cause des « convictions » ? Force m’est de conclure que ces « convictions » n’en sont pas, qu’elles ne sont que des « opinions » d’un moment, faute d’être appuyées sur une véritable colonne vertébrale spirituelle.  Car c’est une banalité de le constater comme de le dire, le laisser-aller moral s’accompagne, et à mes yeux résulte, d’une inconsistance spirituelle.

On peut aujourd’hui, et l’on ne s’en prive pas, casser tout le sucre que l’on veut sur la dimension religieuse de l’homme, et particulièrement dans notre pays sur son incarnation en catholicisme. Mais, pour ce qui concerne les catholiques, cette dimension a toujours généré des hommes et des femmes de caractère, prêts à donner leur vie pour les « convictions » qui sont les leurs, et qui sont là de véritables convictions. On les appelle saints et/ou martyrs, et leur liste est très très incomplète si l’on s’en tient aux seuls saints reconnus.

Dans ce monde en mutation dont j’ai parlé plus haut, que nous connaissons tous bien au-delà de toutes frontières, le vent souffle en rafales violentes. Il ne suffit pas d’être « en marche », nous le serons que nous le voulions ou non. Il nous faut définir un but clair, spirituel comme je viens de l’expliquer, et « armer » notre bateau d’une solide quille et d’un bon gouvernail : l’étude, en particulier biblique, pourrait constituer cette quille, et la prière, où nous demanderons l’assistance du Saint-Esprit et des saints, ce gouvernail.

Une réponse à “Le tremblement des convictions appelle des saints !”

  1. Merci Hervé !

    Voilà un discours de coach pour âmes tièdes ou penseurs à la dérive, bien réconfortant pour esprits convaincus en quête de semblables que nous sommes.
    Je n’oublierai jamais un ami prêtre qui célébrait les obseques de ma meilleure amie:  » un vrai chrétien ne devrait pas rêver d’une vie parfaite en ce monde …  » .
    Quel écueil celui de croire que nous pouvons tout maîtriser, et mourir secs de ne pas avoir accuilli l’imparfait .
    Merci Hervé !

    Béatrice Billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.