Un seul chemin et plusieurs demeures

Un chemin, plusieurs demeures

Mes frères, chers amis internautes, Jésus vient de nous redire dans l’évangile de ce jour (Jn 14,1-6) qu’il se trouve plusieurs demeures dans la maison du Père, mais un seul chemin pour y parvenir. Mais comment faut-il l’entendre ? Y a-t-il plusieurs demeures parce qu’il s’en trouve une pour les blonds et une autre pour les bruns, une pour les riches et une autre pour les pauvres, ou bien encore parce qu’il en est une pour les athées, une autre pour les musulmans, une autre encore pour les bouddhistes ? Oui, frères et sœurs, au-delà bien sûr de la dimension d’universalité du salut offert par Jésus, comment comprendre cette diversité des demeures et l’unicité du chemin ?

A cette question, j’en oppose une autre, en m’arrêtant sur le cas des non-chrétiens : tous les hommes qui meurent aujourd’hui connaissent-ils tous Jésus ? La réponse est évidemment non. S’ils rejoignent le Royaume de Dieu, ce n’est donc pas parce qu’ils ont connu personnellement Jésus et l’ont suivi consciemment sur son chemin. Serait-ce alors parce qu’ils ont mené une vie exemplaire, toute donnée à leur prochain, conforme à celle que Jésus souhaite pour chacun de nous et qu’il a vécu lui-même ? Oui, sans doute, mais cela ne nous explique toujours pas comment Jésus peut se dire le chemin.

A la question posée, je vois deux réponses possibles, parmi d’autres sans doute. La première demande de rappeler une autre parole de Jésus : « ce que vous avez fait au plus petit d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40). Si donc nos frères en humanité s’approchent de leurs frères les plus nécessiteux, les plus isolés, les plus oubliés, c’est bien de Jésus qu’ils s’approchent : ce qui est vrai d’ailleurs pour les chrétiens comme pour les non-chrétiens. La deuxième réponse que je vous propose naît d’un évangile que nous avons entendu tout récemment, dans lequel Jésus se présente comme la porte : c’est lui en effet qui nous a redonné l’accès au Royaume, c’est bien par lui que l’on passe pour y entrer, même si le chemin pour arriver fut particulier.

Alors une question surgit peut-être dans vos cœurs : pourquoi choisir le chemin proposé par Jésus dès aujourd’hui si tant d’autres passent par lui et conduisent vers lui ? Il me semble qu’il s’agit là de la question posée par le fils aîné dans la fameuse parabole du fils prodigue, et la réponse du Père est simple : « Mon fils, tu es toujours avec moi, tout ce qui est à moi est à toi » (Lc 15,31). Allons-nous nous plaindre de connaître Jésus et son Père, de bénéficier du don de l’Esprit pour conduire nos vies chaque jour ? Autrement dit, de connaître dès maintenant le chemin ? Rendons grâce plutôt pour l’existence de multiples demeures dans le Royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.