Vogue votre arche sur l’océan de la vie !

Sur le couple vu comme la construction d’un arche plus que d’une maison.
Homélie prononcée le 22 août 2020 à propos de Mt 7,24-27, la maison bâtie sur le roc ou sur le sable. Pour le mariage d’A. et V.

A., V., nombreux sont les fiancés à choisir cet évangile de Matthieu, pour évoquer leur engagement dans le mariage. Si certains peuvent être influencés par la devise du club de foot d’Auxerre, « bâti sur pierre et qui ne périra pas », la plupart choisissent ce texte parce qu’à travers la double image de la maison et du roc, ils jugent qu’il traduit cette solidité et cette durée dont ils espèrent qu’elles seront les marques de leur couple.
Pourtant, quand on se rend compte que la maison peut être de pierre mais aussi de chair, en évoquant une lignée, comme on dirait « la maison B.-Le B. », quand on comprend que le roc est certainement celui de la foi en Jésus-Christ, laquelle n’a rien de constituée une fois pour toutes, alors on comprend que la solidité requise est toute relative à la fidélité à Jésus dont vivra le couple. En fait, la maison de cet évangile a tout d’un mobil home !

Du coup, je voudrais compléter la métaphore par celle du bateau que Jésus, qui avait pourtant le pied marin, n’a pas utilisée, et qui apporte un éclairage complémentaire, essentiellement mobile. Je m’y autorise d’autant plus que l’on dit souvent que les deux membres d’un couple sont embarqués dans la même aventure, certains ajoutant parfois dans une belle galère. Je m’y autorise surtout parce que la Bible nous donne en exemple une maison qui était aussi un bateau, ce qui l’a sauvée d’une énorme tempête, très précisément d’un Déluge, je veux parler de la fameuse arche de Noé !

Arche de Noé comme symbole de la vie de couple
L’arche de Noé, symbole du mariage

Je vous propose donc de fondre les deux métaphores de la maison et du bateau, et de considérer cette arche, en nous intéressant à ce qu’elle peut apporter à la thématique du mariage. Il est clair d’emblée que l’arche évoque le mouvement, la découverte de nouveaux horizons, comme aussi le risque, la mer déchaînée, le roulis, le tangage, mais je voudrais m’arrêter à la structure de cette arche, même si elle ne nous est pas précisément connue.

Pour qu’un bateau à voile comme l’on peut imaginer l’arche puisse jouer son rôle, il y faut trois conditions, plus une quatrième, un peu comme dans la déclaration d’intention que vous avez remplie et sur laquelle je vais vous interroger dans un moment. Le point fondamental, c’est le but, qui ne dépend pas du bateau et qui va orienter sa course ; ensuite, il faut considérer trois éléments du bateau : la quille, les voiles, et la barre ou gouvernail. Vous êtes prêts ? Je reprends.

Le but exige de savoir ce que vous voulez faire de votre vie commune : vous aimer, avoir des enfants, des amis, un métier mais vous l’avez déjà chacun, gagner beaucoup d’argent, vivre en bonne santé… Tout cela est bel et bon, mais est-ce que cela peut et doit constituer un but qui va nourrir votre vie, et surtout l’orienter ? Aujourd’hui, devant l’incertitude des temps, au lieu de vous laisser porter, il faut avoir un but sur le long terme, qui vous tienne. Je risque de vous surprendre parce que cela semble passé de mode, mais je vous en propose un, qui est celui que recommandent à la fois l’Ancien et le Nouveau Testament : la sainteté.

Cette sainteté sera celle de chacun de vous deux, de votre couple, de votre famille. Vous la chérirez comme l’épouse du cantique, avec amour, avec passion. Je sais qu’elle a mauvaise presse, qu’elle paraît très exigeante et génératrice de tristesse : mais on l’a dit et c’est vrai, un saint triste est un triste saint. En réalité, la sainteté est une forme de l’amour, sans doute la plus grande, et je vous recommande de lire sur ce thème les grands ouvrages de Bernanos si vous ne l’avez pas déjà fait. La sainteté est ce qui nous rend conforme à Jésus : elle est belle, lumineuse, nourrissante, communicative, et elle conduit sûrement à Dieu.

Pour la rejoindre et l’accueillir, il vous faut donc un bon bateau. Le premier élément en sera la quille qui va vous empêcher de verser : elle correspond au roc sur lequel est construit la maison. Je vous l’ai déjà dit du roc, c’est Jésus lui-même. Mais de même que la maison doit être solidement fondée sur le roc, il faut que la quille soit d’une seule pièce avec le bateau, et cela dès le départ : sinon, vous allez la perdre en route ! Et là, pour le coup, vogue la galère !

Deuxième élément : les voiles. Ce sont elles qui permettent d’accueillir le vent qui va les gonfler et permettre d’avancer. Dans la vie, on rencontre différentes sortes de vents, debout, de près, contraires, arrières, et il existe toutes sortes de voiles pour en tirer parti ou, à l’inverse, tenir le cap. Vous aurez besoin de toutes les voiles, selon les moments. Mais le vent le plus favorable pour aller de l’avant vers la sainteté est celui de l’Esprit-Saint, souffle de Dieu que nous allons d’ailleurs invoquer sur vous et pour vous dans quelques instants. Sachez que la Bible le compare au « doux murmure d’une brise légère », il n’est donc pas facile à capter et c’est pourquoi il est largement ignoré. Alors, quelles voiles faut-il pour l’accueillir ? Retraites, sacrements, oui bien sûr, mais aussi et surtout prière : personnelle, en couple, en famille.

Dernier élément et pas le moindre si vous voulez vous orienter, la barre ou gouvernail. Aujourd’hui, l’hésitation est de mise : non seulement on ne sait pas où on va, mais le saurait-on, on ne sait pas comment on y va. Du coup, on est ballotté sur les flots ! Alors que pour la sainteté, c’est simple : laissez Dieu tenir la barre, il connaît le chemin mieux que personne.

Finalement, vous disposez d’un bateau bien équipé : Jésus pour quille, l’Esprit-Saint pour vent dans les voiles, et Dieu à la barre. A mon avis, il est encore mieux bâti que l’arche de Noé et aussi accueillant que lui : avec lui, croyez-moi, vous ne pourrez ni vous noyer, ni vous perdre. Au contraire, vous résisterez aux plus grands déluges.

A., V., vogue votre maison bateau, vogue votre arche que Dieu va maintenant bénir. Pour que vous puissiez y accueillir dans l’avenir toute votre famille, tous vos amis, tous ceux qui voudront y trouver refuge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.