L’élection divine : une mission, un devoir, jamais un droit

 4e dimanche de Pâques ; Actes 13,14.43-52 et Jean 10,27-30

Frères et sœurs, chers amis, la question, voire le problème de l’élection divine court tout au long de la Bible, et je dirais volontiers même au-delà : il n’est pas besoin de rappeler que, dans ce pays où nous vivons, elle est plus que jamais présente. Pour beaucoup de gens hier et aujourd’hui, toute élection est considérée comme fondée sur des qualités personnelles ou collectives, et elle a un caractère indépassable : « nous avons pour père Abraham », disent les juifs dans l’évangile de Jean, « nous sommes des baptisés » diront d’autres, « nous sommes le parti du président » diront d’autres encore. Dès lors, rien à bouger, rien à changer, le bien est de notre côté, la vie éternelle nous est garantie.

C’est exactement l’inverse que prêchent Paul et Barnabé dans la première lecture en s’adressant aux Juifs : « C’est à vous d’abord qu’il fallait adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les païens ». Rien d’étonnant à ce que les Juifs, ou au moins une grande partie d’entre eux, soient en grande fureur. Mais n’allons pas penser que cette réaction leur soit spécifique : dans la lettre aux Romains, Paul mettra en garde les païens eux-mêmes, à leur tour. Il leur dira par exemple : « Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et envers toi bonté, pourvu que tu demeures en cette bonté ; autrement tu seras retranché toi aussi » (Romains 10,22).

En réalité, le discours de Paul n’a rien de nouveau. Dans l’Ancien Testament, à d’innombrables reprises, en particulier chez les prophètes ou dans le livre du Deutéronome, la parole de Dieu est adressée au peuple pour lui rappeler que l’élection divine est gratuite, qu’elle ne procède pas des qualités de l’individu ou du peuple qui la reçoit, qu’elle dépend du libre choix de Dieu. En fait, l’élection est porteuse d’une mission à accomplir pour le service des autres. Et dans le Nouveau Testament, le discours de Jésus vise à montrer que cette élection n’est pas exclusive de toute une portion de l’humanité, mais qu’elle a pour but d’étendre le salut à l’humanité tout entière, en rassemblant cette humanité autour de Jésus.

Dans l’évangile de Jean que nous venons d’entendre, c’est encore, indirectement mais réellement, de cette élection dont il est question. Le propos pastoral de Jésus s’adresse aux brebis, mais qui sont-elles donc ? L’évangile nous le dit, celles qui écoutent sa voix et le suivent. Il faut donner toute sa force au verbe écouter : il ne s’agit aucunement d’entendre vaguement parler, comme on entend une musique de fond dans un magasin ou à la radio, il s’agit de laisser entrer au plus profond de soi, d’intérioriser. Ce qui nous le montre, c’est le verbe étonnant qui revient à deux reprises dans notre très court passage, arracher : il évoque le fait d’extirper jusqu’aux racines. En affirmant qu’un tel arrachement est impossible, Jésus signifie que le lien qui attache ces brebis à lui-même et au Père est ancré, enraciné au plus profond des brebis en question ; et il manifeste aussi que ce lien, fort comme celui qui existe entre Jésus et son Père, n’est pas créé par les brebis, mais par l’élection divine dont Dieu seul a l’initiative.

Frères et sœurs, l’élection est bien la manière dont procède Dieu pour faire avancer et grandir son royaume. Mais gardons tout homme, gardons-nous nous mêmes d’y voir un droit procédant de nos ancêtres, de nos qualités, de notre travail, et même de notre élan spirituel. L’élection divine est un appel à plus de justice, à plus d’amour, à plus de vérité, jamais un droit ou une récompense opposables. Rappelons-nous sans cesse cette parole de saint Paul : « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ; et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l’avais pas reçu ? » (1 Co 4,7).

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.