Entre unité et diversité

La prédication ci-dessous est celle que j’ai prononcée dans le cadre d’une messe supplémentaire, dite afin de respecter les conditions sanitaires. Elle porte sur les lectures du jour de la Pentecôte : Ac 2,1-11 ; 1 Co 12, 3b-7.12-13 ; Jn 20,19-23)

Unité et diversité

Frères et sœurs, peut-être l’avez-vous noté en écoutant nos deux premières lectures, les textes concernant l’Esprit-Saint alternent sans cesse entre unité et diversité. Jugez-en : une langue qui se partage sur chacun des disciples présents ; plusieurs auditeurs de langues différentes, et pourtant chacun entend dans sa propre langue la même chose, comme s’il n’y en avait qu’une ; variété des dons de l’Esprit alors qu’il s’agit du même Esprit ; thème du corps unique et de la diversité des membres.…

Je pourrais continuer, avec bien d’autres passages bibliques, mais j’arrête là cette énumération. Avec l’Esprit, unité et diversité marchent ensemble, en communion. Et c’est là quelque chose que, sans cet Esprit, nous avons bien du mal à vivre : nous voulons très souvent que tout soit réglé à notre pas, unité sans diversité, ou, à l’inverse, nos préférons le chacun pour soi, diversité sans unité.

L’Esprit fait le lien, il assure la complémentarité. Quand j’étais étudiant à l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, il y a près de quarante ans, je me souviens avoir été émerveillé de l’habileté des archéologues qui, à partir de multiples bouts d’argile appelés tessons, certains minuscules, arrivaient à reconstituer de magnifiques jarres. Il persistait bien quelques trous, mais après le passage d’une sorte de colle, tout tenait bien en place : que l’Esprit-Saint me pardonne, mais je l’imagine assez bien comme cette colle qui rassemble les morceaux épars et les fait tenir ensemble. La diversité est toujours là, mais elle l’unicité est retrouvée.

Puisse l’Esprit être bien présent au cœur de chacune de nos vies. Soit pour nous-mêmes, et j’aime ici rappeler ce verset de psaume : « Rassemble nos cœurs pour qu’ils te craignent », ce qu’opère précisément l’Esprit ; soit entre nous, afin de constituer une Eglise vivante et unie. Pour l’heure, dans la situation difficile que nous traversons tous, cette Eglise est en plusieurs lieux et sur plusieurs points menacée de divisions et d’éclatement : que l’Esprit-Saint vienne nous aider à recoller les morceaux de nos cœurs, et à nous réunir les uns aux autres dans une heureuse diversité.

P. S. Un ami me signale l’éclairage complémentaire apportée par la très belle homélie du prieur provinciale des Carmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.