La culture de l’instant

Belle rencontre hier soir avec une nièce enseignante, adepte depuis un an de la twittclasse, autrement dit de l’enseignement avec Twitts : je dis bien « avec » et non « par », puisque cette forme d’enseignement n’est qu’un des aspects de ses cours. Une présentation, très avantageuse bien sûr, en est donnée sur Vimeo : on y parle d’ouverture sur le monde, des multiples liens créés qui favorisent les échanges, de l’importance de la bonne utilisation d’un outil inévitable etc. Les élèves sont très accrochés et ravis, et ma nièce est devenue, comme diraient nos amis américains, une évangélisatrice de la méthode dans laquelle elle a acquis une réelle expertise.

roscoff_eglise_Notre-Dame_de_Croaz_Batz_cadran_solaire
Cadran solaire de l’église Notre-Dame de Roscoff

Je ne doute pas un seul instant, pour l’avoir un peu pratiqué, de l’intérêt d’un tel outil de communication, pour toutes les raisons évoquées par le présentateur sur Vimeo. Mais je suis sans doute encore plus sensible à l’ornière qu’il creuse à mes yeux inévitablement, en favorisant cette « culture de l’instant » dont nous sommes tous imprégnés et qui nous menace, cette culture du « temps court » aux dépens du « temps long », comme en parlent parfois les historiens. Qu’avec cet outil, on ouvre, on découvre, on entrouvre, sans aucun doute, qu’on apprenne c’est tout autre chose. Au sens où, énorme banalité que je reprends quand même, connaître, c’est co-naître, et toute naissance demande du temps, un temps long, un temps souvent ingrat avant que les fruits n’apparaissent, un temps décourageant pour beaucoup. Des outils comme celui que j’évoque se présentent pour moi comme des avertissements, des panneaux indicateurs, avec une fonction très ponctuelle. Si l’on n’y fait pas attention, ils donnent l’illusion de maîtriser et de connaître, mais ils ne mettent pas en route ; et leur multiplication foisonnante est au contraire souvent dé-routante.

Dans la Bible, on trouve cette affirmation extraordinaire à propos de Dieu : « devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour » (2 Pierre 3,8), affirmation qui reprend un verset du psaume 90. On pourrait alors penser que… « Dieu twitte » lui aussi, qu’il s’inscrit dans cette sanctification de l’instant. Mais si l’on replace le verset dans son contexte, on verra qu’il s’agit pour l’auteur d’inviter ses lecteurs à la patience, en leur disant tout au contraire : « Dieu a tout son temps ». Parce que le temps lui appartient, et il est totalement illusoire pour l’homme d’en avoir la maîtrise, de la croire possible, de la rechercher, et plus encore de prétendre la posséder.

Que les élèves soient parfaitement à l’aise dans le temps court, que leur curiosité en soit éveillée, tant mieux : ils sont ici le reflet de toute une génération. Mais il importe tout autant de leur enseigner le temps long, celui de l’apprentissage, de la difficulté, de la non-visibilité, du fruit à long terme : je ne suis pas sûr que la technique le leur apprenne, mais la vie spirituelle certainement.

Une réponse à “La culture de l’instant”

  1. La nièce enseignante c’est moi Fanny Peissik (twittclasse : @ce1cadm et Twitt perso : @TrousseauParis). Je réponds a posteriori n’étant pas été informée a priori de ce billet me concernant… Faute au temps ? En tous cas voici ma réponse :
    1/ tous les élèves seront un jour des utilisateurs de réseaux sociaux, moyen de communication utilisé de plus en plus tôt par les enfants même si officiellement il faut avoir 13 ans pour y avoir accès. Mes élèves ayant 7-8 ans les Twitts sont rédigés en ma présence en classe ou en celle de leurs parents chez eux car les comptes ne sont pas ouverts à leur nom.
    2/ on peut choisir comme je le fais de les accompagner sur un réseau social de leur temps afin de leur en montrer une utilisation positive et constructive, basée sur l’échange avec des interlocuteurs variés, d’aborder du même coup les risques possibles inhérents et la nécessaire vigilance dans la construction d’une identité numérique qui débute dès leur naissance aujourd’hui.
    3/ Twitter est un outil parmi d’autres dans la classe au service des apprentissages permettant de faire de la grammaire, de l’écriture collaborative, des sciences, de la géographie etc…et de repousser les murs de notre salle pour entrer en contact à plus ou moins long terme avec d’autres classes ou d’autres personnes qui s’intéressent aux mêmes sujets que nous ou qui nous ouvrent d’autres portes !
    4/ bien loin d’être un enseignement à visée « court terme » il s’agit au contraire d’inscrire ce projet dans l’éducation au numérique nécessaire aujourd’hui pour que mes élèves aient leur « permis sur le Net » avant de « conduire (seuls) leur voiture sur la Toile » !
    5/ C’est pourquoi l’Education Nationale fait aujourd’hui de l’entrée de l’école dans l’ère du numérique un des enjeux fondamentaux de la formation des futurs citoyens. On parle donc bien de vision à long terme car on sait bien que cette construction est le chemin de toute une vie !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.