Le temps des vanités

courir, vanités« Ô temps, suspend ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours : Laissez-nous savourer les rapides délices » : le célèbre verset de Lamartine devrait redevenir d’actualité, en contrepoids à l’accélération, ou plutôt au raccourcissement du temps que nous vivons et aux vanités innombrables qui en résultent. Savourer le temps qui passe, qui sait encore faire cela ? Pour départager des coureurs, il faut maintenant en venir aux dixièmes, voire aux centièmes de seconde ; pour être en phase avec ceux qui vous envoient des courriels, il faut leur répondre dans l’instant qui suit leur réception ; pour exprimer une pensée profonde, on ne vous offre jusqu’aujourd’hui que 140 caractères : il semble qu’au-delà, les correspondants ne lisent plus ; à peine née, une information en chasse une autre, et nos capacités personnelles d’enregistrement et de traitement sont incapables de suivre ; la distance n’existe plus, et le temps s’en trouve très fortement impacté : voyez les possibilités offertes par Skype ou d’autres outils du même genre…

Avec un temps si court, comment est-il possible de prendre la distance nécessaire à la réflexion ? Sur cent messages tirés d’un courrier des lecteurs en ligne, on en trouvera peut-être deux ou trois qui essayent de dépasser l’émotion, de proposer une analyse ou même une remise en cause des situations décrites, tout le reste étant bavardage, murmure d’opinion : lire, comprendre, établir des liens demande du temps, et les éditeurs l’affirment, « les gens ne lisent plus ». C’est le retour de la fameuse doxa grecque, l’opinion qui se prétend pensée ! « Vanité des vanités, disait Qohélet » (Ec 1,2), nous y sommes.

Dans la tradition chrétienne, le temps est une dimension essentielle de la révélation : « quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d’une femme… » (Ga 4,4). Ce tout petit extrait d’une lettre de saint Paul ne nous dit pas seulement que Jésus est venu dans notre temps, mais que Dieu à pris son temps avant que se réalise cette Incarnation, et donc que le temps qui passe prépare celui de la révélation, de la manifestation de Dieu. Ce temps qui passe, que notre société s’efforce en vain de maîtriser dans ses moments les plus réduits, comme on l’a dit plus haut, n’est jamais du temps perdu, mais bien du temps gagné pour celui qui se tourne vers Dieu : c’est l’une des plus importantes justifications de la prière !

Il est temps, si l’on peut dire, de bien comprendre que le temps est un don de Dieu, que nous ne le maîtriserons jamais vraiment, qu’il nous faut l’accueillir et en tirer le meilleur parti en le redonnant, autant qu’il se peut, à Dieu et à nos frères. Peut-être alors cesserons-nous de voir tant de gens, et nous-mêmes sans doute, courir après lui : « Il y a un moment pour tout et un temps pour toute chose sous le ciel », prenons-le ce temps, fût-ce à contretemps.

3 commentaires à propos de “Le temps des vanités”

  1. C’est une superbe idee de nous permette de travailler un peu la Bible avec des pistes de réflexion
    Un grand merci

    Marie Claude garin ( l’amie de Marie Hélène Ponsot)

  2. Il y a peu de temps, j’écrivais à un ami : j’ai le sentiment aujourd’hui que Dieu est un luxe que je ne peux pas m’offrir ! Faute de temps ! Je pense à la parabole où chacun est invité au repas et décline l’invitation parce qu’il a autre chose à faire. Je rajoutais : Le prêtre n’échappe pas à cela. Il court dans tous les sens, il n’arrête pas de courir, et il perd l’essentiel … et c’est terrible pour nous … parce qu’au fond, quand je ne sais plus trouver le temps, c’est que je n’en ai plus envie … Pas dramatique, je sais que ça passera, je pense aussi que dans le pays sans prêtre dans lequel nous vivons, il convient de compter un peu plus sur nous-mêmes et sur la grâce de Dieu … Claire

  3. Merci Frère Hervé de nous aider à redécouvrir la Bible et de nous accompagner dans ce cheminement à travers les Écritures. Seul c’est trop compliqué et on abandonne vite…
    Merci aussi pour vos articles et commentaires qui apportent un autre éclairage à la vie de tous les jours, on a tant besoin d’un peu de lumière et d’espérance…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.