Gaspard, joie et paix de Noël (à propos de Is 52,7-10 et Jn 1,1-18)

Frères et sœurs, n’y a-t-il pas quelque chose d’indécent à célébrer en ce jour la paix, la consolation, la joie, la lumière ou encore la grâce, et je ne fais que reprendre des termes tirés de nos lectures, alors que tout près de nous ou plus lointainement, tant de personnes et de groupes, et je pense particulièrement aux chrétiens d’Orient, n’ont plus d’églises, plus de toits, plus de nourriture ? Où sont-elles donc pour tant de populations autour de nous cette paix et cette joie annoncées ?

Une telle indignation paraît légitime, pourtant elle n’est pas juste : nous attendons tous bien sûr la paix, la joie et la lumière dans notre monde, et le plus tôt possible, tout ce que Jésus est venu précisément apporter, mais elles se trouvent dans sa personne avant d’être dans notre monde. Nos lectures nous le disent clairement : il est « celui qui revient à Sion », il est la consolation et la gloire de Dieu, il est notre paix ; écoutez encore saint Jean : « la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ ».

Frères et sœurs, la bonne nouvelle de cette nuit n’est pas que paix, lumière, joie soient présentes dans notre monde, mais qu’elles soient venues et disponibles dans la personne de Jésus : et il nous revient maintenant de les annoncer, de les faire connaître, de les mettre en œuvre dans notre monde. Vous me direz : « où est-il pour nous ce Jésus, que nous lui rendions hommage, pour que nous trouvions en lui notre paix et que nous l’annoncions autour de nous ? » Ce fut plus ou moins, vous l’avez sans doute reconnue, la question des Mages à Hérode, et ils ont trouvé Jésus dans une crèche, autrement dit là où ils ne l’attendaient pas.

Voilà exactement l’expérience que j’ai pu faire jeudi dernier dans la banlieue parisienne, où je suis allé retrouver un petit garçon de 39 mois, Gaspard. Celui-ci est atteint d’une maladie neurodégénérative grave, et il est en sursis, sous une couverture de survie qui porte bien son nom comme remarque Benoît son père. Les parents ont ouvert il y a 14 mois une splendide page Facebook, merveille d’amour, d’humanité et de profondeur spirituelle : chaque semaine, plus souvent ces derniers temps, ils y relatent leur vie auprès de Gaspard, dans des mots qui touchent au plus profond plus de 67.000 lecteurs.

L’espérance de vie de Gaspard était de 4 ans : il ne les atteindra pas, il est aujourd’hui aux portes du ciel, il ne quitte plus son lit depuis 4 mois, il entend un peu mais ne parle pas, il ne voit plus malgré ses magnifiques et immenses yeux bleus, il est nourri et soigné par sonde, ses membres se recroquevillent. Au cours de ma visite, je l’ai trouvé allongé au milieu de sa chambre, sur un matelas qui semblait de paille, tout menu, respirant difficilement. Autour de lui, pour lui parler, pour prier avec lui et sa famille, on s’agenouille. Gaspard reçoit souvent deux visites par jour, des gens que ses parents ne connaissent absolument pas mais qui demandent à le voir. Certains viennent d’Orient, d’autres du Sud : jeudi, je fus l’un d’eux. On vient avec des cadeaux, que la sœur de six ans va déposer sous le sapin, près du tout petit chausson de Gaspard.

Deux heures merveilleuses, qui m’ont transpercé le cœur et… fait beaucoup pleurer et méditer. Tout à coup, autour de Gaspard, avec ses parents, avec moi et tous ceux qui viennent de loin apportant leurs cadeaux, j’ai vu la crèche de Noël, j’ai vu les Mages et j’étais l’un d’eux, j’ai vu l’Enfant-Jésus là où personne a priori n’aurait pensé à aller le chercher, dans un enfant impuissant, mourant, et donnant vie et paix à tous ceux qui l’entourent dans une douleur et une douceur indiciblement mêlées.

Frères et sœurs, je vous parle d’une crèche bien précise, mais regardez autour de vous : je suis sûr qu’il est d’autres crèches où vous allez pouvoir trouver l’enfant Jésus, sans doute là où vous ne l’auriez pas cherché. Partout où la faiblesse, la peine, la solitude ou l’impuissance sont là, Jésus est là aussi : il vous attend, il vous ouvre ses bras et vous donne sa paix et sa joie.

P. S. Action de grâces : les parents de Gaspard souhaitaient célébrer ce dernier Noël avec Gaspard, son frère et ses deux sœurs, et leur vœu a été exaucé, sans doute avec l’intercession d’une immense chaîne de prières qui s’était mise en place. Gloire à Dieu au plus haut des cieux.

P. S. 2. Gaspard a rejoint le ciel le 1er février 2017 à 18 h 15, alors que la fête de la Présentation avait commencé : tout un symbole ! Et une immense peine…

7 commentaires


  1. Mon Père, merci de ces mots merveilleux et que la Sainte Vierge veille sur cette sainte famille.

    Répondre

  2. Je ne suis pas à la hauteur… Merci cher Hervé

    Répondre

  3. Merci beaucoup, Hervé. Ton témoignage est terriblement impressionnant. Le ton juste. Les mots sobres et beaux.
    Bien sûr, je vais prendre dans ma prière Gaspard et tous ceux qu’il aime.
    Par cet écrit, tu nous donnes courage quand , parfois, nous avons le sentiment d’:être dans une impasse. A toi le meilleur pour cette année qui vient.
    que tout ce que tu mets en œuvre te rende heureux.
    Thérèse

    Répondre

  4. Que le Seigneur vous protège et vous guide, Dieu tout puissant. Amen.

    Répondre

  5. je suis sur que dieu et la et nous protege et Gaspard fait parti de ses êtres exceptionnel qui nous donne une sacrée leçon de vie et ses parents ses frères ses sœur et tout ceux qui pense encore que l’amour des autres peu déplacer des montagnes j’envoie toute mon admiration a cette famille

    Répondre

  6. Que c’est beau ce que vous avez fait et avec toute sa famille qui l’entoure et nous les gens qui ne le connaît que virtuellement mais il est si proche dans notre coeur notre petit Gaspard que pour moi c’est comme si il était un membre de ma propre famille ,sa me fais tant mal lorsque je lis les nouvelles que sa maman nous donne sur sa page et hier jour de noël je n’osais même pas lire peur d’une mauvaise nouvelle mais qu’elle joie j’ai eue lorsque j’ai lue quand même des larmes de bonheur ont envahi mes joues et avec toutes nos prières de partout dans le monde il s’est produit le plus merveilleux des miracles.merci à vous tous et à vous Frère Hervé et Gaspard on t’aime.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.