Le signe interprété par la foi au Christ

A propos de Ex 20,1-17 ; Ps 18b ; 1 Co 1,22-25 ; Jn 2,13-25 (3e dimanche de Carême)

Frères et sœurs, deux de nos lectures de ce jour emploient le terme de signe, la première lettre aux Corinthiens et l’évangile de Jean : « les Juifs demandent un signe » nous dit saint Paul, et c’est effectivement ce que nous constatons de la part des interlocuteurs de Jésus dans l’évangile, « quel signe peux-tu nous donner ? ». Quel sens prend ce mot dans le contexte ? Dans les deux cas, il me semble que le signe est compris comme une preuve, comme si le signe allait être déterminant. Il ne l’est jamais : le signe est ambigu par essence, il demande à être interprété.

Le signe du TempleVoyez l’expulsion des vendeurs du Temple. Jésus paraît s’engager dans un cycle de violence. En fait, il accomplit ce que l’on appelle un geste symbolique très caractéristique de la tradition prophétique où l’on en trouve d’autres. Jésus doit donc livrer une interprétation : pour ce faire, il renvoie à un texte d’Écriture censé justifier son geste, le zèle ou l’amour pour ta maison fera mon tourment. Mais, là non plus, rien d’évident pour les auditeurs. Il faut donc que Jésus reprenne son interprétation en la complétant : il ne renvoie donc pas simplement à cette Écriture que ses interlocuteurs connaissent bien, il la cite pour qu’on y reconnaisse l’annonce de son geste.

Oui, l’ambiguïté du signe fait partie de sa nature. Je me souviens de ces temps anciens où, n’étant pas encore dominicain, je fréquentais à Paris la communauté de l’Emmanuel. C’était le temps de sa naissance, et les membres voyaient des signes favorables à tout bout de champ, telle parole, telle rencontre : c’était peut-être des signes pour eux, mais pas nécessairement pour ceux qui les entouraient qui n’avaient pas la clé d’interprétation. De la même manière, quand un jeune fiancé prétend donner un signe de son amour à sa fiancée en lui offrant un collier, sans doute comprend-elle qu’il lui donne bien ce signe, mais une personne extérieure, qui n’est pas au courant de cet amour, pourra y voir un prêt, un don intéressé, ou encore un objet à transmettre à une amie. Peut-on donner à quelqu’un, qu’il s’agisse de son conjoint, de ses enfants, d’un ami, le signe évident qu’on l’aime ? Oui en l’aimant, rien d’autre.

Et s’il s’agit de notre Dieu, en faisant sa volonté, et c’est ici qu’il nous faut venir au livre de l’Exode. Nous y avons entendu une série d’exhortations, disons même de commandements, auxquels l’homme est sommé d’obéir, et dont l’auteur nous dit qu’ils sont le fait d’un Dieu jaloux. Que viennent faire là le commandement et la jalousie ? À nouveau, interprétation nécessaire. De fait, il y a un côté paradoxal à donner les commandements de l’amour, sauf comme c’est le cas lorsqu’ils émanent du Créateur qui sait mieux que l’homme lui-même ce qui est le bien de l’homme. Quant à la jalousie, elle est simplement, en hébreu, un autre nom de son zèle. Il est donc tout à fait possible de rejoindre ce que nous dit le psaume de ce jour, la loi du Seigneur, qui joue ici un rôle de signe, est parfaite et donne la vie : mais à partir d’une interprétation qui en donne la clé.

Frères et sœurs, nous voudrions tous disposer de signes évidents pour conforter notre foi. Vous l’avez compris je pense, le signe est ambigu, et pour nous c’est la foi au Christ Jésus mort et ressuscité qui va nous mettre de les décoder, en particulier lorsqu’il s’agit de l’Écriture sainte : souvenons-nous de ce nous dit saint Luc à propos de la rencontre de Jésus avec les disciples d’Emmaüs, « il leur interpréta dans les Écritures tout ce qui le concernait ». Non, ce n’est pas le signe qui fait la foi, mais la foi qui fait le signe en nous permettant par exemple de lire les commandements comme des marques d’amour. C’est cette foi que nous sommes invités à accueillir et à faire grandir pendant le temps du Carême. Je ne serais pas étonné alors que, à l’exemple de mes vieux amis de l’Emmanuel, nous découvrions bien des signes que nous n’aurions pas vu ou lu sans cette foi, et qui nous aideront parce que nous saurons les interpréter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.