Il est venu dans son Temple

Frères et sœurs, quel est donc ce temple que le Seigneur a longtemps habité, et qu’il habite peut-être encore ? Dans les temps anciens, après que les Hébreux aient conquis Jérusalem, à l’initiative de David, il ne pouvait être autre que celui qui était alors envisagé du côté du mont Sion. David a beau avoir été averti qu’il devait penser à une autre maison, que le Seigneur lui-même construirait, les Hébreux furent longtemps convaincus que le Seigneur ne pouvait résider à aucun autre endroit que le Temple construit finalement par Salomon. La prise de Jérusalem par Nabuchodonosor en 587 et la destruction du Temple en question devaient les détromper, au prix d’un énorme traumatisme.

Reconstruit modestement au retour d’Exil, puis restauré magnifiquement des siècles plus tard par Hérode, le Temple de Jérusalem n’a pas manqué de redevenir, pour les Juifs pieux, le lieu de la présence divine. C’est ce dont témoigne la prophétie de Malachie que nous avons entendue tout à l’heure : « Soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez ».

Pourtant, si Syméon et Anne accueillent bien au Temple l’enfant Jésus, en qui ils voient le Messie et le Sauveur de son peuple, ils ne célèbrent pas le Temple, mais l’enfant ! D’Anne, l’évangéliste nous dit par exemple « qu’elle parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem ». Plus tard, et dans la même ligne, saint Paul dira aux Corinthiens : « le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c’est vous » (1 Co 3,17).

Le Temple, quel qu’il soit, garde sa valeur comme point de rassemblement, point focal, surtout si l’on y célèbre l’eucharistie. Mais depuis l’avènement de Jésus sur notre terre, ce temple, c’est aussi et peut-être d’abord chacun de nous. Chacun de nous, vraiment ? Oui, en vérité, même chez celui ou celle qui le refuse, cette présence divine, parfois hélas ! très enfouie, est là, dans cette image de Dieu à la ressemblance de laquelle nous avons été initialement créés. Et il me semble très important d’en témoigner, pour manifester la beauté et la vocation divine de tout être humain, fût-il le plus négligé, le plus repoussant : et ici, je pense à ce lépreux dans lequel notre père saint François a eu tant de mal à reconnaître Jésus.

Gaspard

Pour ma part, et je l’ai dit souvent par oral ou par écrit, j’ai rencontré il y a trois ans cette présence divine là où je ne l’attendais pas vraiment, dans les yeux perçants d’un enfant pourtant aveugle, malade, à bout de force, et qui devait décéder un mois plus tard, au moment où l’on célébrait… les premières vêpres de la Présentation de Jésus au temple. Beaucoup d’entre vous savent que je parle ici de Gaspard Clermont, un enfant qui a vécu quarante et un mois entre terre et ciel.

Mais depuis que j’ai rencontré Gaspard et grâce à lui, je sais et reconnais avec plus de force cette présence divine dans des enfants, malades ou non, dans ces porteurs de trisomie 21 que je connais et que je retrouve par exemple l’été à la Sainte Baume, dans ces jeunes que je côtoie au collège de la Providence, dans ces personnes âgées qui ne semblent plus rien attendre de la vie, dans ces patients que je rencontre à l’hôpital psychiatrique. Oui, dans toutes ces personnes, Dieu est présent, de manière mystérieuse et cachée, souvent même aux yeux de ceux qui le portent : il est venu et présent chez eux.

Alors, quand j’entends dire, à l’occasion de la Présentation, que « Jésus est entré dans son temple », je pense à toutes ces personnes et demande à Jésus de les habiter et de les bénir par sa présence. Et je vous invite à faire de même.

Une réponse à “Il est venu dans son Temple”

  1. Oui, le visage traduit souvent l’authenticité d’une présence de Paix, et il m’arrive, devant certains visages (notamment chez certaines personnes âgées) de me dire : « c’est une sainte ! ». Cela m’est arrivé aussi, devant la larme silencieuse d’un prisonnier ! Désormais, je retiendrai l’invitation de votre dernière phrase, frère Hervé. Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.