Le silence de Dieu, gage de liberté et appel à la responsabilité

Un billet du Père Patrice Vivarès

Beaucoup de chrétiens me demandent que fait Dieu en ces temps. Nous a-t-il abandonné, se moque-t-il de la souffrance des peuples, de la ruine des uns et de la mort des autres ? Alors je me suis dit : qu’a fait le Père quand son dernier fils a pris sa part d’héritage et qu’il est parti dans un pays lointain pour dépenser sa fortune dans une vie de désordre ? (Luc 15, 11-32)

Le Père l’a laissé partir et il a attendu. Il n’a rien dit, n’a pas fait de reproches, ne l’a pas sermonné. Il l’a laissé libre de ses choix. Le fils est parti dans un pays lointain dépenser sa fortune et le Père n’a pas eu de nouvelles. Peut-être le Père a-t-il appris qu’une famine sévissait là-bas et il s’est inquiété pour son fils. Le Père n’était pas non plus responsable de cette famine, il ne l’a pas créée pour donner une leçon. Mais que pouvait-il faire ? Allait-il envoyer des émissaires pour le faire rechercher et le ramener par la peau du cou. Non il a attendu que le fils fasse l’expérience de la faim, du manque, d’un repentir, qu’il rentre en lui-même et se rende compte que sa prétendue liberté n’était qu’un esclavage.

Quand le fils s’est décidé à rentrer, le Père ne lui a pas fait de sermon avec l’air entendu et victorieux de celui qui se réjouit de l’humiliation de l’autre. Il a organisé une fête.

Nous sommes partis mener une vie de désordre dans un pays lointain. Désordre écologique, désordre économique, désordre social, désordre moral. Nous avons quitté la maison de notre Père, de notre patrie, de notre foi, de notre terre pensant que l’herbe serait plus verte ailleurs. Nous avons pensé que notre liberté passait par les plaisirs et la consommation, les abus et la domination des faibles. Et nous voudrions que Dieu agisse alors que nous sommes encore bien loin ?

Tout le monde pense à demain en espérant que ce sera comme avant. « Mes vacances ! » « Mes voyages ! » « Mes soldes ! » alors que beaucoup n’auront même pas les gousses que mangent les porcs. Beaucoup n’ont pas encore compris et se permettent en plus d’accuser Dieu d’une famine dont il n’est pas responsable, d’un désordre que nous avons créé, d’un abandon que nous avons choisi.

Chaque fois que l’on accuse Dieu, c’est un Dieu païen qui est accusé et on a donc raison de le rejeter ce Dieu qui punit ou ce Dieu qui agirait sans respecter la liberté de l’homme. Ce Dieu là n’est pas notre Dieu.

Dieu est Père et il attend que son Fils « rentre en lui-même » et revienne. Le silence de Dieu est l’espace de notre liberté.

2 commentaires à propos de “Le silence de Dieu, gage de liberté et appel à la responsabilité”

  1. Le silence de Dieu est notre silence
    Et si nous avions créé Dieu à notre image ?
    Et si nous avions créé Dieu à notre image inversée, idéalisée ?
    L’homme est mortel ? Imaginons donc Dieu immortel.
    L’homme est fini ? Dieu sera infini.
    L’homme est limité ? Dieu est illimité.
    L’homme ne sait pas tout ? Dieu est omniscient.
    L’homme ne peut pas tout ? Dieu est omnipotent.
    L’homme n’est pas doué du talent d’ubiquité ? Dieu est omniprésent.
    L’homme est créé ? Dieu est incréé.
    L’homme est faible ? Dieu incarne la Toute-Puissance.
    L’homme vit sur Terre ? Dieu est au Ciel.
    L’homme est imparfait ? Dieu est parfait.
    L’homme n’est rien ? Dieu est tout.

    Face à la pandémie, l’homme semble impuissant malgré les tentatives désordonnées de nos scientifiques.
    Il semble donc logique que certains attendent de Dieu la réponse que les hommes sont incapables d’apporter. Mais si Son silence était notre silence ?

    • Florian, proposition souvent faite, mais ce Dieu là, créé par l’homme, s’appelle une idole dans la Bible ! Depuis longtemps, l’analogie et l’apophatisme se situent sur d’autres voies pour évoquer Dieu et sa distance d’avec l’homme. Absolument pas comme une image inversée de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.