Pour moins de dix euros !

Parmi les personnes qui lisent et qui sont hélas ! de moins en moins nombreuses, peu savent combien gagnent les auteurs d’un livre. Elles s’imaginent volontiers que tous les auteurs sont des Musso ou des Candiard, ce dernier étant un frère dominicain qui est l’auteur de nombreux petits ou grands ouvrages passionnants et très demandés. Eh ! bien non, l’écriture et la publication ne permettent que rarement de gagner des milliers, d’euros : si vous nourrissez votre désir d’écrire pour cette raison, passez votre chemin.

Précisons les choses. Un auteur lambda bien rémunéré par son éditeur touchera autour de 10% du prix de vente dans le meilleur des cas. Soit, pour un ouvrage comme « Le management selon Jésus« , écrit en co-édition avec Florian Mantione et vendu pour l’édition principale 20 euros, deux euros : à partager en deux dans le cas précis. Moins encore bien sûr pour la récente édition de poche, vendue au prix de 9 euros.

Il faut être clair : s’il existe des auteurs qui s’enrichissent en publiant, plus de 90% d’entre eux ne trouveront pas dans cette activité de quoi vivre. On me demande souvent pourquoi j’écris, plus d’une vingtaine de livres à l’heure où je rédige ce billet. Ma réponse est toujours la même :

  1. En premier lieu, pour moi ! Ecrire m’aide à formuler des pensées hétéroclites qui m’habitent, à les fonder au mieux, à éliminer celles qui n’ont aucun intérêt véritable. Bref, écrire m’aide à faire le ménage dans mon esprit.
  2. En deuxième lieu seulement pour être lu. Encore me faut-il préciser que je ne cherche pas à dénombrer et fidéliser absolument un lectorat : dès lors qu’une de mes publications, en ligne ou sur papier, aide une personne ou deux dans son cheminement, le résultat est atteint.

Alors que je m’apprête ce soir, à Trégastel où je suis de passage, à faire une conférence sur « La gratuité n’a pas de prix« , qui est le sujet d’un de mes livres (publié à compte d’auteur chez BoD), je repense à cette parabole de Jésus que l’on titre souvent « de la brebis perdue ». Là, Jésus évoque le pasteur qui laisse de côté 99 de ses brebis pour aller chercher la centième égarée. C’est, je le signale en passant, l’attitude qui me semble être celle du pape François et qui lui vaut tant de critiques.

Mais c’est aussi l’attitude du scribouillard que je suis. Je ne cherche pas avec mes publications à compter le nombre de mes fans, voire à l’augmenter, encore que je ne serai pas contre, mais d’abord et surtout à rencontrer par l’écrit tel ou tel d’entre eux à qui ma publication pourra rendre service. La centième brebis. Afin de la faire avancer dans sa vie humaine et spirituelle. Cela ne se compte en pas en euros !

Bon, je rappelle donc quand même que mes publications sont disponibles en commande chez Books on Demand, presque toutes pour moins de dix euros au format Ebook. Ou bien aux Editions du Cerf pour à peine plus cher. Et, n’ayant aujourd’hui pas d’autres ressources, ce sont elles qui me permettent d’apporter mon écot à ma communauté religieuse. Voici les liens vers mes publications :

Chez BoD
Aux éditions du Cerf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.