Perfection et sainteté

Prédication donnée au couvent le lundi 19 février sur Lévitique 19,1-2.11-18 et Matthieu 25,31-46

Photo de name_ gravity sur Unsplash

Frères et sœurs, il n’est pas rare aujourd’hui de constater que la sainteté est assimilée à la perfection. S’il existe bien un rapport de l’une à l’autre, on ne peut parler d’équivalence. Ce qui vient justifier la canonisation de certaines personnalités apparemment très imparfaites.

La perfection serait, comme on le dit aujourd’hui, de « cocher toutes les cases » dans la longue énumération proposée par le texte des Lévites que nous venons d’entendre : pas de tromperie, pas de profanation, pas de malédiction, pas d’injustice et j’en passe ! Je ne suis pas sûr d’en trouver un seul parmi nous qui réponde à toutes les injonctions proposées.

Et j’en suis d’autant moins sûr que cette vision de la sainteté comme perfection bute sur deux points. Le premier vient de l’importante précision « comme je suis saint » : autrement dit, il n’y a qu’un seul être en qui perfection et sainteté se rejoignent, c’est Dieu lui-même. Le catalogue du Lévitique est en fait une énonciation des perfections de Dieu que nous sommes invités à approcher sur tel ou tel point. Et si possible le maximum d’entre eux bien sûr.

Sans trop savoir toujours comment faire et si nous le faisons. Tel est le deuxième point, et il nous est rapporté dans l’évangile. Lorsque les brebis ou les boucs sont interrogés, ils sont incapables de dire à quelle injonction ils ont su, ou n’ont pas su, répondre. Le bien et le mal ne sont pas toujours faciles à discerner et le Roi doit donc mettre les choses au clair : le jugement se rapporte au soutien des affamés, des étrangers, des malades, des prisonniers.

Le catalogue est nettement plus modeste que celui du livre des Lévites, mais il n’est pas substantiellement différent. La tradition chrétienne suit la fin du livre du Lévitique en unifiant le catalogue sous l’appellation « amour du prochain ». Nul n’est capable d’en remplir toutes les exigences, et c’est bien ainsi : il ne s’agit pas de perfection, mais de sainteté !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.